Tutoriels

Les protocoles de communication SPI, I2C et UART

Les Protocoles De Communication Spi, I2C Et Uart

Introduction

UART, I2C et SPI des protocoles de communication jouent un rôle essentiel dans le développement des microcontrôleurs, permettant l’échange d’informations entre différents composants d’un système embarqué. Dans cet article, nous allons explorer en détail les protocoles SPI, I2C et UART, en examinant leur fonctionnement, leurs avantages et inconvénients, ainsi que des exemples concrets d’utilisation dans les microcontrôleurs. Commençons par une présentation de ces protocoles.

Protocole de communication UART

UART est un protocole de communication qui permet au microcontrôleur d’échanger des données avec les périphériques connectés. Il utilise deux lignes de données, une pour la transmission (TX) et une pour la réception (RX), permettant la communication bidirectionnelle. Cette interface est généralement implémentée via les broches numériques 0 (RX) et 1 (TX) du microcontrôleur.

Fonctionnement de l’UART

Le protocole UART fonctionne de manière asynchrone, ce qui signifie qu’il ne nécessite pas de signal d’horloge dédié pour synchroniser la transmission des données. Au lieu de cela, il utilise des bits de départ (start bits) et de fin (stop bits) pour indiquer le début et la fin de chaque paquet de données.

Lorsqu’un microcontrôleur envoie des données via l’UART, il convertit les données parallèles en une forme série et les transmet via la ligne de transmission (TX). Le périphérique récepteur convertit ensuite les données série en données parallèles pour les utiliser. Cette conversion série-parallèle permet une transmission efficace des données entre les périphériques.

Alimentation 12V 3A 45

Mode de communication de l’UART

Le protocole UART fonctionne de différentes manières en fonction du mode de communication requis :

  1. Simplex : Il s’agit d’une transmission unidirectionnelle des données, où un périphérique envoie des données à un autre périphérique sans possibilité de réponse.
  2. Half-duplex : Il permet la transmission bidirectionnelle des données, mais pas simultanément. Les périphériques peuvent envoyer et recevoir des données, mais pas en même temps.
  3. Full-duplex : Ce mode permet la transmission bidirectionnelle simultanée des données. Les périphériques peuvent envoyer et recevoir des données en même temps, offrant une communication plus rapide et efficace.

Transmission et réception des données

Lorsqu’un microcontrôleur envoie des données via l’UART, il les place dans un registre de transmission FIFO (First-In-First-Out). Les données sont ensuite transmises bit par bit, avec un bit de départ pour indiquer le début et un ou plusieurs bits de fin pour marquer la fin de chaque octet de données.

Le périphérique récepteur surveille la ligne de réception (RX) à la recherche d’un bit de départ. Lorsqu’il détecte le bit de départ, il commence à lire les bits de données à la vitesse de transmission définie (BAUD rate). Si un bit de parité est utilisé, il est également vérifié pour détecter les erreurs de transmission.

Une fois qu’un paquet complet de données est reçu, il est stocké dans le registre de réception FIFO, prêt à être traité par le microcontrôleur.

Contrôle des interruptions

Le protocole UART offre également des mécanismes de contrôle des interruptions, permettant au microcontrôleur de détecter et de réagir aux événements de communication. Des interruptions peuvent être générées lorsqu’un caractère est reçu avec succès, lorsqu’une erreur de transmission est détectée, ou lorsque le tampon de réception est plein ou vide.

Cela permet une gestion efficace des données et une utilisation optimale des ressources du microcontrôleur en réduisant la nécessité de vérifier continuellement la ligne de réception.

Opération des FIFO

Les registres FIFO (First-In-First-Out) sont utilisés pour stocker les données en transit dans l’UART. Ils permettent de gérer les flux de données entrantes et sortantes de manière efficace et régulée. Les FIFO peuvent être configurées pour avoir une taille spécifique, ce qui influence la quantité de données pouvant être traitée à la fois.

Le module UART de la famille Stellaris des processeurs ARM comprend deux FIFO (First In, First Out) de 16 octets chacun : un pour la transmission et un pour la réception des données. Il est possible de configurer ces FIFO pour déclencher des interruptions à différentes profondeurs.

Par exemple, des profondeurs de 1/8, 1/4, 1/2, 3/4 et 7/8 sont disponibles. Si l’interruption de réception est configurée à une profondeur de 1/4, une interruption de réception est déclenchée lorsque l’UART reçoit 4 données.

Mode de bouclage

Le mode de bouclage (loopback mode) est une fonctionnalité courante de l’UART qui permet de tester la communication en connectant la ligne de transmission (TX) à la ligne de réception (RX) du même périphérique. En activant le mode de bouclage, les données envoyées sont renvoyées directement vers le périphérique récepteur, permettant de vérifier la fiabilité de la communication.

Avantages de l’utilisation de l’UART

L’utilisation de l’UART présente plusieurs avantages :

  • Simplicité : L’UART est relativement simple à mettre en œuvre et à utiliser, ce qui en fait un choix populaire pour les applications ne nécessitant pas une grande bande passante ou une communication complexe.
  • Flexibilité : L’UART peut être configuré pour fonctionner à différentes vitesses de transmission (BAUD rates) et avec différents formats de données, offrant ainsi une grande flexibilité dans la communication.
  • Compatibilité : L’UART est pris en charge par de nombreux microcontrôleurs et périphériques, ce qui facilite l’interfaçage avec d’autres composants électroniques.

Inconvénients de l’utilisation de l’UART

Bien que l’UART soit largement utilisé, il présente également certaines limitations :

  • Vitesse de transmission limitée : L’UART n’est pas adapté aux applications nécessitant des débits de données très élevés. Les protocoles plus rapides, tels que le SPI ou l’I2C, peuvent être préférés dans de tels cas.
  • Longueur du câble : Les transmissions UART peuvent être limitées en termes de distance, en raison des problèmes de dégradation du signal sur de longs câbles. Des dispositifs de conversion de niveaux de signal peuvent être nécessaires pour une communication fiable sur de longues distances.

Exemples d’utilisation de l’UART dans les microcontrôleurs

UART est utilisé dans de nombreuses applications de microcontrôleurs, notamment :

  • Communication avec des capteurs : L’UART permet de récupérer les données provenant de capteurs tels que les capteurs de température, d’humidité, de pression, etc.
  • Affichage de données : L’UART peut être utilisé pour envoyer des données à des modules d’affichage, tels que des écrans LCD ou des afficheurs à sept segments.
  • Contrôle de périphériques externes : L’UART peut être utilisé pour communiquer avec des périphériques externes, tels que des moteurs, des actionneurs, des modules de communication sans fil, etc.

Protocole de communication I2C

Le protocole I2C, ou Inter-Integrated Circuit, est un protocole de communication série bidirectionnel utilisé dans le développement de microcontrôleurs et d’autres systèmes électroniques. Il est largement utilisé en raison de sa simplicité, de son faible nombre de fils requis et de sa capacité à permettre la communication entre plusieurs périphériques.

Fonctionnement de l’I2C

L’I2C utilise deux fils pour la communication : la ligne de données série (SDA) et la ligne d’horloge série (SCL). La ligne SDA est utilisée pour transmettre les données, tandis que la ligne SCL synchronise la transmission des données entre les périphériques connectés. Les périphériques sur le bus I2C sont divisés en deux catégories : les maîtres et les esclaves. Les maîtres initient la communication et les esclaves répondent aux demandes des maîtres.

Alimentation 12V 3A 46

Protocole maître-esclave de l’I2C

L’I2C fonctionne selon un protocole de communication maître-esclave. Le maître commence par envoyer une adresse spécifique à l’esclave avec lequel il souhaite communiquer. L’esclave vérifie ensuite si l’adresse lui est destinée et répond en conséquence. Une fois la communication établie, le maître envoie ou reçoit les données nécessaires à partir de l’esclave. La transmission des données est organisée en trames comprenant des bits d’adresse, des bits de données et des bits de contrôle.

Méthode de transmission des données

La transmission des données sur le bus I2C est réalisée en utilisant un mécanisme de bit par bit. Chaque bit est transféré séquentiellement sur la ligne SDA pendant les périodes d’horloge appropriées sur la ligne SCL. Les données sont transmises en série, avec le bit le plus significatif (MSB) envoyé en premier. La ligne SDA est échantillonnée par les périphériques à chaque front montant de la ligne SCL pour lire les données.

Synchronisation de l’horloge

La synchronisation de l’horloge est essentielle dans le protocole I2C pour garantir une communication fiable entre les périphériques. Les périphériques I2C génèrent leur propre horloge en utilisant la ligne SCL pour synchroniser les messages sur le bus. La période de l’horloge est déterminée par le maître et tous les périphériques suivent cette période pour maintenir une synchronisation précise.

Modes de transmission

Le protocole I2C prend en charge plusieurs modes de transmission en fonction de la vitesse de communication requise. Les deux modes principaux sont le mode standard (100 kHz) et le mode rapide (jusqu’à 400 kHz). Certains périphériques I2C prennent également en charge le mode rapide plus (jusqu’à 1 MHz) et le mode très rapide (jusqu’à 3,4 MHz). Le choix du mode dépend des exigences spécifiques de la communication et de la compatibilité des périphériques.

Avantages de l’utilisation de l’I2C

L’utilisation de l’I2C présente plusieurs avantages dans le développement de microcontrôleurs et d’autres systèmes électroniques. Tout d’abord, l’I2C permet la communication entre plusieurs périphériques en utilisant un seul bus de communication. Cela réduit le nombre de fils nécessaires et simplifie les connexions. De plus, le protocole I2C offre une flexibilité en termes de vitesse de communication et prend en charge différents modes pour répondre aux besoins spécifiques des applications.

Inconvénients de l’utilisation de l’I2C

Bien que l’I2C soit largement utilisé et présente de nombreux avantages, il présente également quelques inconvénients. L’un des principaux inconvénients est sa vitesse de communication relativement lente par rapport à d’autres protocoles, tels que le SPI. Cela peut être un facteur limitant pour les applications nécessitant une transmission rapide des données. De plus, l’I2C peut être plus sensible aux interférences électromagnétiques, ce qui peut nécessiter des mesures supplémentaires pour assurer une communication fiable.

Exemples d’utilisation de l’I2C dans les microcontrôleurs

L’I2C est utilisé dans une variété d’applications de microcontrôleurs. Il est couramment utilisé pour connecter des capteurs, des actionneurs, des écrans LCD, des mémoires EEPROM et d’autres périphériques à un microcontrôleur. Par exemple, dans un système de surveillance environnementale, un microcontrôleur peut utiliser l’I2C pour communiquer avec plusieurs capteurs de température, d’humidité et de pression. Il permet une intégration facile de ces périphériques et simplifie la mise en œuvre du système.

Protocole de communication SPI

SPI est un protocole de communication série synchrone qui permet l’échange de données entre un microcontrôleur maître et des périphériques esclaves. Il utilise un certain nombre de lignes de communication, y compris les lignes de données (MOSI et MISO), la ligne d’horloge (SCLK) et la ligne de sélection du périphérique (SS). Contrairement à d’autres protocoles, chaque périphérique esclave nécessite une ligne de sélection distincte.

Alimentation 12V 3A 47

Fonctionnement du SPI

Le fonctionnement du SPI repose sur un concept de communication en mode full-duplex, ce qui signifie que les données peuvent être transmises et reçues simultanément. Le microcontrôleur maître génère l’horloge de synchronisation (SCLK) et contrôle la sélection des périphériques esclaves en activant ou désactivant la ligne SS correspondante.

MISO et MOSI du SPI

Le protocole de travail du SPI implique l’envoi et la réception de données sur les lignes MOSI et MISO en fonction des impulsions d’horloge. Le microcontrôleur maître envoie les bits séquentiellement, et chaque périphérique esclave reçoit les bits sur la ligne MOSI et renvoie les données sur la ligne MISO. Les données sont transmises bit par bit, avec le bit le plus significatif envoyé en premier.

Avantages de l’utilisation du SPI

Le protocole SPI présente plusieurs avantages qui en font un choix populaire pour de nombreux projets de microcontrôleurs :

  1. Vitesse élevée : Le SPI est conçu pour des communications rapides et peut atteindre des débits de plusieurs Mbits par seconde, ce qui le rend idéal pour les applications nécessitant des mises à jour et des changements de données rapides.
  2. Communication full-duplex : Grâce à son mode full-duplex, le SPI permet une communication simultanée bidirectionnelle, ce qui accélère les échanges de données entre le microcontrôleur maître et les périphériques esclaves.
  3. Pas de bits de départ/arrêt : Contrairement à d’autres protocoles, tels que l’UART, le SPI n’utilise pas de bits de départ/arrêt, ce qui permet une transmission continue des données sans interruption.
  4. Utilisation de lignes distinctes : Le SPI utilise des lignes distinctes pour la transmission et la réception des données, ce qui permet une communication simultanée bidirectionnelle sans avoir à basculer entre les modes émission/réception.

Inconvénients de l’utilisation du SPI

Bien que le protocole SPI présente de nombreux avantages, il existe également quelques inconvénients à prendre en compte :

  1. Complexité du câblage : Étant donné que chaque périphérique esclave nécessite une ligne de sélection distincte, le câblage peut devenir complexe lorsqu’il y a plusieurs périphériques connectés au microcontrôleur maître.
  2. Utilisation de broches supplémentaires : Le SPI nécessite un certain nombre de broches pour les lignes de communication, ce qui peut être une contrainte dans les microcontrôleurs disposant d’un nombre limité de broches d’E/S.

Exemples d’utilisation du SPI dans les microcontrôleurs

Le protocole SPI est largement utilisé dans une variété d’applications de microcontrôleurs. Voici quelques exemples d’utilisation :

  1. Afficheurs à cristaux liquides (LCD) : Les afficheurs LCD utilisent souvent le protocole SPI pour transférer rapidement les données d’image et de contrôle depuis le microcontrôleur vers l’écran.
  2. Mémoires Flash : Les mémoires Flash, utilisées pour le stockage de données, peuvent être facilement contrôlées via le protocole SPI, permettant ainsi un accès rapide aux données.
  3. Capteurs numériques : De nombreux capteurs numériques utilisent le protocole SPI pour transmettre les données de mesure vers le microcontrôleur, offrant ainsi une intégration aisée des capteurs dans les systèmes embarqués.

Comparaison des protocoles SPI, I2C et UART

CaractéristiquesUARTSPII2C
Type de protocoleAsynchroneSynchroneSynchrone
Nombre de lignes2 (TX, RX)4 (MOSI, MISO, SCLK, SS)2 (SDA, SCL)
Vitesse de transmissionVariable, débit fixeHauteVariable, débit fixe
Communication duplexSimplex, semi-duplexFull-duplexBidirectionnelle
Nombre de périphériques2 (maître et esclave)PlusieursJusqu’à 127
ComplexitéSimpleMoyenneSimple
Utilisation des brochesMoinsPlusMoins
Exemples d’utilisationCommunication sérieCartes SD, afficheursCapteurs

Choix du protocole en fonction des besoins du projet

Lors du développement d’un projet utilisant des microcontrôleurs, le choix du protocole de communication est crucial et dépend des besoins spécifiques du projet. Chaque protocole (SPI, I2C et UART) présente des caractéristiques distinctes qui les rendent adaptés à différents scénarios. Voici quelques considérations pour guider le choix du protocole :

  1. Besoins de vitesse de transmission : Si le projet nécessite une transmission rapide des données, le protocole SPI est généralement préféré. Il offre des débits élevés et une communication full-duplex, permettant d’atteindre des vitesses de plusieurs mégabits par seconde. L’I2C et l’UART ont des vitesses de transmission relativement plus faibles.
  2. Nombre de périphériques : Si le projet implique la connexion de plusieurs périphériques sur un même bus, l’I2C est un choix judicieux. Il offre la possibilité de connecter plusieurs périphériques en utilisant uniquement deux lignes de transmission. Le SPI peut également prendre en charge plusieurs périphériques en utilisant des broches de sélection individuelles, tandis que l’UART nécessite une ligne dédiée pour chaque communication.
  3. Longueur des lignes de transmission : Si le projet nécessite une communication sur de longues distances, le protocole UART est souvent privilégié. Il peut atteindre des distances plus grandes par rapport à l’I2C et au SPI, qui ont des limites plus courtes en raison de la dégradation du signal sur de longues lignes.
  4. Complexité de l’implémentation : L’I2C est souvent choisi pour des projets où la simplicité de l’implémentation est primordiale. Il nécessite moins de ressources matérielles et son protocole est relativement simple à mettre en œuvre. Le SPI et l’UART peuvent être plus complexes à configurer et à utiliser.
  5. Types de données : Si le projet nécessite la transmission de données complexes ou nécessite une communication synchrone, le SPI peut être préféré. Il prend en charge des modes de transmission différents et peut être utilisé pour l’échange de données plus complexes que l’I2C et l’UART, qui sont plus adaptés à des données plus simples et asynchrones.

Video descriptive

Lien outilles

  1. Pour découvrir plus de tutoriel, vous pouvez consulter notre bloc : https://www.moussasoft.com/tutoriels-electroniques
  2. Twitter: Moussa Lhoussaine (@Moussasoft_com) / Twitter